L’accablante apathie des dimanches à rosbifs
  • Textes de Gilles Larhrer
  • Futuropolis
  • “Je m’appelle Brice Fourrastier, avec deux «r», comme dans «marrant», mais à «mourant», y en a qu’un. J’ai quarante ans et j’irais pas plus loin.”
    Pour son premier scénario, Gilles Lahrer a décidé de s’attaquer à un sujet douloureux: la maladie et la mort !
    En choisissant de raconter celle d¹un artiste comique, il prend le lecteur à contre-pied et nous offre un long roman graphique réjouissant, entre émotion et rire, d¹une extraordinaire maturité pour une oeuvre naissante.

    Bien qu’il soit légèrement narcissique, parfois cynique et franchement séducteur, Brice Fourrastier est adulé des foules. Son spectacle «L¹accablante apathie des dimanches à rosbif» triomphe sur les scènes de France.
    La quarantaine venu, Brice termine la tournée de son spectacle avant de prendre une ou deux années studieuses pour écrire son prochain spectacle. Histoire de se ressourcer, et peut-être aussi, qui sait, enfin trouver l’âme soeur. Car, si son sketch le plus célèbre s’intitule «Le grand secret des femmes!», il semble bien qu’il n’est pas encore percé celui qui consiste à établir une relation durable (mais en a-t-il vraiment envie ?).
    La vie de Brice Fourrastier va basculer d’une façon imprévue. Un cancer le ronge. Il n’a plus que quelques mois à vivre. L’heure est venue pour lui de faire ses adieux. Artiste iconoclaste, il décide d’en faire son dernier spectacle” Texte de l’éditeur